AccueilActualitéSociétéProjet Seine-Bassée : les requêtes de plusieurs associations écologistes rejetées

Projet Seine-Bassée : les requêtes de plusieurs associations écologistes rejetées

Le tribunal administratif de Melun a confirmé la déclaration d’utilité publique et l’autorisation environnementale du projet Seine-Bassée accordées par le préfet de Seine-et-Marne en 2020. Plusieurs associations écologistes avaient déposé des recours.
Les recours déposés par des associations écologistes contre le projet Seine-Bassée ont été rejetés par le tribunal administratif de Melun le 23 mai.
DR - Les recours déposés par des associations écologistes contre le projet Seine-Bassée ont été rejetés par le tribunal administratif de Melun le 23 mai.

ActualitéSociété Publié le ,

Le 23 mai 2023 a marqué une victoire importante pour les porteurs d’un projet majeur mené pour sécuriser l’agglomération parisienne face au risque de crue. Le tribunal administratif de Melun a, en effet, rejeté les requêtes de plusieurs associations environnementales et propriétaires fonciers à l’encontre de la déclaration d’utilité publique et de l’autorisation environnementale du projet Seine-Bassée.

« Ce projet me tient particulièrement à cœur, car il offre une réponse pertinente pour renforcer la protection des Franciliens contre les inondations. Je me réjouis de ces décisions de justice qui confirment l’intérêt général de ce projet pour les populations concernées », apprécie Patrick Ollier, président de l’Etablissement public territorial de bassin (EPTB) Seine-Grands Lacs.

Un projet de 114 millions d’euros

D’une capacité de 10 millions de m3, le casier Seine-Bassée, construit par l’EPTB Seine Grands Lacs avec l’appui financier de l’Etat et de la métropole du Grand Paris, doit permettre de réduire la hauteur des crues de la Seine entre Montereau-Fault-Yonne et Paris jusqu’à 15 cm pour un coût moyen de dommages évités de 15 millions d’euros par an.

« Ce projet allie prévention des inondations et restauration de la biodiversité de la Bassée, zone humide exceptionnelle, mais actuellement dégradée », souligne, de son côté, l’Etablissement public territorial de bassin Seine-Grands Lacs. L’investissement de ce projet s’élève à 114 millions d’euros. Il est financé à 50 % par l’État, 30 % par la métropole du Grand Paris et 20 % par Seine Grands Lacs.

©DR, Image de synthèse du futur projet Seine-Bassée.



Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 avril 2023

Journal du22 avril 2023

Journal du15 avril 2023

Journal du 08 avril 2023

Journal du08 avril 2023

Journal du 01 avril 2023

Journal du01 avril 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?